Mes vies secrètes – Dominique Bona Autobiographie d’une biographe (Gallimard)

 

Quand l'académicienne Dominique Bona dévoile les coulisse de son travail de biographe et nous livre ses cheminements...

"La biographie permet de mesurer la part de volonté ou d'ambition dans une vie humaine, mais aussi celle, non moins vaste, de l'hésitation, du doute, de l'élan ou du renoncement."

Avec "Mes vies secrètes", Dominique Bona évoque sa vie et relie entre elles les grandes figures qui l'ont inspirée, de Romain Gary, Paul Valéry, Berthe Morisot, Anna de Noailles, les Claudel, à André Maurois... " l'un menant à l'autre, comme un ami vous présentant un autre ami jusqu'à vous faire entrer dans une joyeuse communauté. Écrire une biographie est un art subtil." (Stéphanie Janicot - La Croix).

Nous découvrons à quel point sa manière de se glisser dans la peau de chacun parle d'elle, de sa vision de l'art, de la littérature, de la famille, de la nature humaine, des émotions, des espoirs et des peines.

"Il suffit pour s'en convaincre de lire ce qu'elle écrit au sujet de Stephan Zweig, autre grand biographe devant l'éternel. C'est l'écrivain le plus secret que je connaisse. Zweig se dissimule, se cache, évite de parler de soi, ne donne jamais rien à voir de sa vie privée. Phrase qui la décrit, elle aussi, parfaitement. Avant d'insister sur les fêlure, les gouffres derrière l'allure irréprochable d'un grand bourgeois. Cela ressemble bien à une manière délicate de se définir et de se présenter au monde." (Stéphanie Janicot - La Croix).

Comme le résume avec talent Olivia de Lamberterie (Elle) "mieux que les événements, ce sont les sujets de Dominique Bona qui la racontent ; peut-être est-ce Berthe Morisot, dans sa façon si courtoise de se rebeller contre les contraintes de son sexe, qui en dit le plus long sur l’auteure. Des secrets chuchotés avec élégance, voilà le style Bona, biographe pudique de l’officieux. On adore aussi les portraits qu’elle dresse de ceux qui ont favorisé sa carrière littéraire, Jean-Marie Rouart et Simone Gallimard, son éditrice au Mercure de France (...). Ce ne sont pas ses souvenirs personnels que signe l’Académicienne, mais son autobiographie de biographe !".

Mes vies secrètes, de Dominiqua Bona. Publié aux éditions Gallimard.

 

 

1 Comment

  1. Irène Darnau sur janvier 28, 2019 à 10:48

    Merci
    Cela met l’eau à la bouche
    J’aime cette délicatesse évoquée et les chuchotements avec élégance.
    Je cours trouver ce livre!
    Irène

Laissez un commentaire